• Face à la mort

    Jesus on cross Free Photo

    Psaumes 39 :

    Je m’étais dit :

     

    « Je vais me surveiller pour ne pas pécher en paroles.

    Je serai comme bâillonné aussi longtemps que des méchants se tiendront devant moi. »

     

    Je me suis renfermé dans un complet silence,

    sans prononcer une parole;

    ma douleur s’est exaspérée.

     

    Mon cœur brûlait dans ma poitrine,

    mes pensées s’embrasaient en moi,

    alors j’ai fini par parler :

     

    « Ô Eternel, fais-moi savoir quand finira ma vie,

    quel est le nombre de mes jours,

    afin que je sache à quel point ma vie est éphémère.

     

    Voici : mes jours sont limités,

    car tu leur as donné la largeur d’une main.

     

    Oui, devant toi, ma vie n’est vraiment presque rien,

    même s’il est solide,

    tout homme n’est qu’un souffle : il va, il vient, ce n’est qu’une ombre.

     

    Son agitation, c’est du vent,

    et les richesses qu’il amasse,

    sait-il qui les recueillera ?

     

    Dès lors, Seigneur,

    que puis-je attendre ?

     

    Mon espérance est toute en toi,

    de tous mes péchés, sauve-moi !

     

    Ne permets pas aux insensés de m’exposer au déshonneur !

     

    Voici : je veux rester muet,

    ne plus ouvrir la bouche,

    car c’est toi qui agis.

     

    Détourne donc de moi tes coups,

    car je succombe sous les attaques de ta main.

     

    Pour corriger les hommes,

    tu les punis de leurs péchés,

    et tu détruis comme une teigne ce qu’ils ont de plus cher.

     

    Tout homme n’est qu’un souffle.

     

    Ô Eternel, écoute ma prière et sois attentif à mon cri !

     

    Ne reste pas sourd à mes pleurs,

    car je ne suis, chez toi, qu’un étranger,

    qu’un hôte temporaire, tout comme mes ancêtres.

     

    Détourne de moi ton regard pour que je puisse respirer avant de partir pour toujours ! »

    « Viens en hâte à mon secoursPersonne n’est comme toi, mon Dieu »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags :